Tous voulaient en être, performance au château de La Roche-Guyon autour des lettres reçues par Raymond Queneau en tant que directeur du comité de lecture de Gallimard (lettres rassemblées par Dominique Charnay dans « Cher Monsieur Queneau »)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tous voulaient en être

Répétitions à venir

Sur la scène circule régulièrement un texte en tant qu’entité physique (un livre, un cd-rom, un mp3…). Il est clair pour tout le monde qu’il est là, mais personne ne possède les outils et la connaissance nécessaires à son décryptement. On ne cesse de voir chacun s’activer à tenter d’ouvrir cette chose mystérieuse qu’est le texte. Parfois lorsqu’on approche l’objet-texte d’une machine, une bribe vocale en sort pour quelques instants et l’on peut sentir qu’il y a au sein du texte une puissance et une clarté qui font souhaiter à tout le monde de pouvoir en entendre l’intégralité. En vain.

slow infor(motion)

pitch pour une activité  3.0 : créer une coopérative d’informations lentes et archi-discrètes. Il s’agira de diffuser et dissimuler des informations réelles et importantes au sein de l’espace public, dans des lieux difficiles, incongrus… Les personnes qui souhaiteront partir en recherche de ces informations, pourront venir chercher des indications sur ces lieux dans un endroit spécifique et non-numérique. La coopérative sera libre de proposer à ses adhérents/clients des conférences et formations sur la réinvention nécessaire des chaînes d’info en continu, sur la redécouverte de son corps dans la recherche de l’information…

L’Ambigu/Roland Topor/Tenuta Dello Scompiglio/8 et 9 Avril

a0d8502ea2ed8d45702cb18b8c90036a

mise en scène: Olivier Boréel, conception du projet/interprétation: Benjamin Tudoux, lumières: Natalie Gallard, assistant à la mise en scène: Jean-Pierre Morice, sous-titrage: Simon Astié, chargée de production: Élodie Biardeau, traduction: Maria Ilaria Panuccio. Compagnie Nom d’Un Bouc.

Avec Topor impossible de se stabiliser dans une forme, cette figure de l’Ambigu jouit autant qu’elle meure de ses métamorphoses. Une performance sur ce qui fait genre, mais aussi sur ce qui fait théâtre. (création 2014, version 2017 sous-titré en italien).

http://www.delloscompiglio.org/it/cultura/assemblaggi-provvisori/2017/aprile/l-ambigu.html?view=event&event_id=499

 

L’Échangeur de Bagnolet Non que ça veuille rien dire 31 Mars-7Avril

Non que ça veuille rien dire

D’après BREFS ENTRETIENS AVEC DES HOMMES HIDEUX de DAVID FOSTER WALLACE

Mise en scène Perrine Mornay avec Olivier Boréel Serge Cartellier Aude Lachaise Création sonore Sébastien Rouiller Création lumières Cyril Leclerc Regard extérieur Thibaud Croisy

« Le rôle principal du spectacle, du divertissement, c’est de vous captiver au point que vous serez incapable de détourner les yeux, de sorte que les publicitaires puissent passer leurs pubs. Et la tension du livre – j’ai essayé de le rendre à la fois extrêmement divertissant et aussi un peu tordu, et d’éveiller le lecteur à certaines de choses sinistres qui existent dans le spectacle. » David Foster Wallace

unnamed
 D’après BREFS ENTRETIENS AVEC DES HOMMES HIDEUX de DAVID FOSTER WALLACE

Mise en scène Perrine Mornay avec Olivier Boréel Serge Cartellier Aude Lachaise Création sonore Sébastien Rouiller Création lumières Cyril Leclerc Regard extérieur Thibaud Croisy

« Qui n’a jamais lu David Foster Wallace pourrait croire que les paroles prononcées par ces acteurs ont été écrites spécialement pour eux. Le parti pris d’interprétation est radical, net, et merveilleusement porté par la justesse des interprètes. « 
MaCulture – Colyne Morange

Artdanthé (théâtre de Vanves) 11 Mars 21H – Non que ça veuille rien dire