tutoriel performance portative n°3: fashion vache

Fashion vache (une performance pour le Salon de l’Agriculture la semaine prochaine)

Munissez vous au préalable d’une huitaine de doubles paires de baskets très en vue (ex. les Nike Air 2015 Max.ID ou les Adidas Adizero F50,…), en pointure 44. Pour votre confort dorsal, un tabouret de traite peut être un plus.

Pénétrez dans un enclos à vaches avec votre matériel et dirigez-vous vers celle qui vous regarde le plus intensément.
La première sensation que vous évoque la bête, indique le rythme de votre avancée.
En ayant soin de garder les baskets et le tabouret près de vous, abordez la vache dans une démarche commerçante.
Fiez-vous aux expressions bovines pour connaître le type de modèle par lequel commencer l’essayage. Il est possible que le fait d’avoir à chausser quatre pattes, vous déplace dans vos repères: observer si cette nouveauté renforce votre «social-self» ou à l’inverse révèle une vitalité insoupçonnée.
(NB : en terme de pointure, il faut là aussi se déprendre de ses repères habituels et ne pas s’inquiéter s’il y a l’espace de plusieurs pouces entre l’avant du sabot et la pointe de la basket)
La performance s’achève, au choix, lorsque :
– le désir « branché » de la vache est satisfait.
– vous pouvez tirer des conclusions esthétiques sur les modèles de basket qui siéent le mieux à la peau de vache.
– l’animal n’a toujours pas levé la patte après cinq phrases commerçantes (du type « c’est un modèle qu’on vend beaucoup cette année », « la semelle est anti-dérapente ce qui est hyper-pratique si vous broutez souvent sur terrains pentus »…).

Quel que soit l’achèvement de votre performance, félicitez-vous : vous avez progressé dans la connaissance de l’imprévisible (un élément essentiel du performeur), vous avez étendu les territoires de la culture et révélé un marché de niche de l’industrie de la pompe.