L’Ambigu/Roland Topor/Tenuta Dello Scompiglio/8 et 9 Avril

a0d8502ea2ed8d45702cb18b8c90036a

mise en scène: Olivier Boréel, conception du projet/interprétation: Benjamin Tudoux, lumières: Natalie Gallard, assistant à la mise en scène: Jean-Pierre Morice, sous-titrage: Simon Astié, chargée de production: Élodie Biardeau, traduction: Maria Ilaria Panuccio. Compagnie Nom d’Un Bouc.

Avec Topor impossible de se stabiliser dans une forme, cette figure de l’Ambigu jouit autant qu’elle meure de ses métamorphoses. Une performance sur ce qui fait genre, mais aussi sur ce qui fait théâtre. (création 2014, version 2017 sous-titré en italien).

http://www.delloscompiglio.org/it/cultura/assemblaggi-provvisori/2017/aprile/l-ambigu.html?view=event&event_id=499

 

L’Échangeur de Bagnolet Non que ça veuille rien dire 31 Mars-7Avril

Non que ça veuille rien dire

D’après BREFS ENTRETIENS AVEC DES HOMMES HIDEUX de DAVID FOSTER WALLACE

Mise en scène Perrine Mornay avec Olivier Boréel Serge Cartellier Aude Lachaise Création sonore Sébastien Rouiller Création lumières Cyril Leclerc Regard extérieur Thibaud Croisy

« Le rôle principal du spectacle, du divertissement, c’est de vous captiver au point que vous serez incapable de détourner les yeux, de sorte que les publicitaires puissent passer leurs pubs. Et la tension du livre – j’ai essayé de le rendre à la fois extrêmement divertissant et aussi un peu tordu, et d’éveiller le lecteur à certaines de choses sinistres qui existent dans le spectacle. » David Foster Wallace

Artdanthé (théâtre de Vanves) 11 Mars 21H – Non que ça veuille rien dire

unnamed
 D’après BREFS ENTRETIENS AVEC DES HOMMES HIDEUX de DAVID FOSTER WALLACE

Mise en scène Perrine Mornay avec Olivier Boréel Serge Cartellier Aude Lachaise Création sonore Sébastien Rouiller Création lumières Cyril Leclerc Regard extérieur Thibaud Croisy

« Qui n’a jamais lu David Foster Wallace pourrait croire que les paroles prononcées par ces acteurs ont été écrites spécialement pour eux. Le parti pris d’interprétation est radical, net, et merveilleusement porté par la justesse des interprètes. « 
MaCulture – Colyne Morange

regarde ton escargot

Ce point enroulé en spirale en chacun de nous où ce qui fait notre grande force, notre grande qualité est également notre grand défaut. Ce point nous sommes incapables de nous en saisir et nous ne savons pas le comprendre parce qu’en même temps que nous le protégeons, nous le dénigrons.

Ceux qui nous aiment le regardent moins confusément que nous mais ne savent pas nous en parler puisque c’est par là, par ce tourbillon où se frotte notre positif et notre négatif qu’ils ont été attiré et aspiré.